régression


régression

régression [ regresjɔ̃ ] n. f.
• 1374 « retour »; repris XVIIIe, puis XIXe; lat. regressio
1(1765) Rhét. Inversion de l'ordre des mots.
2(1877) Évolution vers le point de départ. recul. L'histoire est faite de progressions et de régressions. Régression de la production. récession. La mortalité infantile est en régression, en voie de régression. diminution.
3Géol. Retrait de la mer en deçà de ses limites antérieures dû soit à une baisse du niveau de la mer, soit à un soulèvement du continent.
4Biol. Retour (d'un tissu, d'un organe) à une forme antérieure de son développement chez un même individu; atrophie (de cet organe, de ce tissu) au cours des générations ou d'un processus physiologique normal. involution. Régression de la queue du têtard jusqu'à sa disparition. Organes rudimentaires provenant d'une régression (ex. les doigts chez le cheval).
Psychol. Retour à un stade antérieur de développement affectif et mental. Faire une régression, être en pleine régression. Régression du langage et du comportement dans la colère. Régression de la sexualité.
5Math. Réduction des données d'un phénomène complexe en vue de le représenter par une loi simplificatrice. Droite, courbe de régression, droite, courbe représentative d'une telle loi.
⊗ CONTR. Développement, progrès, progression.

régression nom féminin (latin regressio, de regredi, rétrograder) Marche en arrière, recul : Régression de l'inondation. Évolution en sens inverse d'un phénomène qui cesse de progresser ; diminution ; baisse : Régression de la natalité, d'une production. Retour à un stade antérieur du développement psychique. Biologie Perte ou atrophie, dans une espèce vivante, d'un ou de plusieurs organes qui étaient bien développés chez ses ancêtres (pertes des yeux chez certains animaux cavernicoles, par exemple). Géographie Recul de la mer, qui peut se produire par abaissement du niveau marin, construction et progradation littorale, mouvement tectonique local ou régional. Pédologie Retour plus ou moins brutal d'un sol, par érosion, à un sol initial, peu évolué, ou à la roche mère nue. Psychanalyse Processus de l'organisation libidinale du sujet qui, confronté à des frustrations intolérables, fait retour, pour s'en protéger, à des stades archaïques de sa vie libidinale et s'y fixe en vue d'y retrouver une satisfaction fantasmatique. Statistique Détermination de la grandeur approximative d'un phénomène correspondant à la grandeur certaine d'un autre phénomène. ● régression (expressions) nom féminin (latin regressio, de regredi, rétrograder) Régression d'aire, diminution de l'aire géographique occupée par une espèce. Droite de régression, représentation d'un ensemble ou d'un nuage de points figuratifs à l'aide d'une droite dont la somme des carrés des distances aux divers points figuratifs est minimale, ces distances étant comptées parallèlement à l'axe des ordonnées. ● régression (synonymes) nom féminin (latin regressio, de regredi, rétrograder) Évolution en sens inverse d'un phénomène qui cesse de progresser ;...
Synonymes :
- déclin
- décroissance
- récession
Contraires :
- progrès

régression
n. f.
d1./d Retour à un état antérieur.
|| BIOL évolution d'un tissu, d'un organe, d'une espèce, etc., qui aboutit à des formes assimilables à un état de développement antérieur (formes moins différenciées, notam.).
|| PSYCHO, PSYCHAN Retour du sujet à un stade antérieur de son développement (affectif, libidinal, linguistique, etc.), caractéristique des difficultés qu'il éprouve à résoudre certains conflits psychiques. Fixation et régression.
d2./d Par ext. Recul, diminution en force, en intensité ou en nombre. Les symptômes sont en régression.
d3./d GEOL Régression marine: recul de la mer qui abandonne les terres qu'elle avait occupées.

⇒RÉGRESSION, subst. fém.
A. — RHÉTORIQUE
1. ,,Figure de style qui consiste à reprendre, à la fin de la phrase, les mots qui se trouvaient au commencement, mais en les rangeant dans un ordre inverse, comme dans: Je vous salue Marie, Reine de charité, Vous qui dans les cachots éclairez l'opprimé, Vous qui dans les eaux glauques souriez aux noyés. Reine de charité, Marie, je vous salue`` (MORIER 1975).
2. ,,Figure qui consiste à reprendre, en fin de phrase, les mots qui se trouvaient au début de la phrase, en les expliquant un à un`` (MORIER 1975). Exemple de régression: Elle le quittait avec impatience et dédain: impatience parce qu'il la contrariait, dédain parce qu'il n'était pas riche (MONTHERL., Le Chaos et la nuit, p. 161 ds DUPR. 1980).
B. — 1. Retour en arrière, après avoir connu une période de progrès. Synon. récession, recul, regrès; anton. progrès, progression. Régression de la production d'un pays. Vico proclame que l'histoire est une suite d'alternances entre une période de progrès et une période de régression (BENDA, Trahis. clercs, 1927, p. 239). Les hommes commirent souvent — dans les efforts pour faire progresser leurs coutumes ou celles des autres — des erreurs colossales qui aboutirent à la régression d'une civilisation, à sa décadence et, même, à sa disparition (MARIN, Ét. ethn., 1954, p. 56).
SOCIOL. POL. ,,Transformation en sens inverse du progrès (politique réactionnaire, totalitarisme)`` (MORF. Philos. 1980). Le despotisme, avec son programme de régression humaine (...) n'est pas conciliable avec l'esprit libéral, sa haute raison et son respect de l'homme (GIDE, Journal, 1941, p. 74).
Spécialement
a) GÉOL. Régression marine. Déplacement du niveau de la mer se traduisant par un déplacement du trait de côte en direction de la mer et entraînant des changements dans le faciès et la nature de la sédimentation (d'apr. GEORGE 1970). À l'intérieur des régions où le relèvement de la terre a atteint une valeur importante, la régression marine s'est poursuivie jusqu'à l'époque actuelle sans avoir été interrompue par aucune période de transgression (ROTHÉ, Géophys., 1943, p. 135).
b) LOG. ,,Démarche analytique de l'esprit qui va du composé au simple, des conséquences au principe, des effets à la cause (analyse). Anton. démarche progressive ou synthèse`` (MORF. Philos. 1980).
c) STAT. ,,Réduction de données complexes, prélevées par lots sur un phénomène physique ou économique, à une donnée plus simple qui fait parfois apparaître une loi cachée`` (BUREAU 1972):
En économie, la régression s'applique aux problèmes où les variables peuvent être inversées. Par exemple: les prix varient en fonction de la demande, ou la demande en fonction des prix. On constate que la régression est d'autant plus forte que la corrélation entre les deux phénomènes est plus faible, et vice-versa.
CENECO Entr. 1980.
2. Retour à un état antérieur, après avoir connu un stade plus élevé dans l'évolution. Il semble que réclamer pour l'industrie et le commerce une organisation corporative, ce soit entreprendre de remonter le cours de l'histoire; or, de telles régressions sont justement regardées ou comme impossibles ou comme anormales (DURKHEIM, Divis. trav., 1893, p. VIII). Ce (...) serait [pour l'oblat] (...) une régression, presque un retour aux premiers temps du monachisme où chaque moine résidait dans une hutte distincte et se réunissait avec les autres, dans un lieu spécial, pour y prier (HUYSMANS, Oblat, t. 2, 1903, p. 142).
Spécialement
a) BIOL. ,,Retour par atrophie d'un tissu ou d'un organe à une forme souvent semblable en apparence à l'une des formes de son développement antérieur`` (THINÈS-LEMP. 1975). Si ce phénomène se produit au cours de l'ontogenèse, il s'agit d'une régression ontogénique (telle celle de la queue des têtards d'Amphibien). S'il apparaît au cours des générations successives, il s'agit alors d'une régression phylétique aboutissant à la conservation d'organes rudimentaires (les doigts du cheval p. ex.) (THINÈS-LEMP. 1975).
b) PSYCHOL. ,,Tout retour provisoire ou stable d'un sujet à des modes de comportement spécifiques d'un stade moins évolué que celui auquel il était parvenu`` (Foi t. 1 1968). Une voracité ou une gourmandise anormales sont souvent la suite d'une déception affective: au lieu de s'épanouir, l'affectivité se replie sur les choses de la bouche. La régression est de forme infantile (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 138).
PSYCHANAL. ,,Mécanisme de défense névrotique consistant en un retour à un mode de comportement correspondant à un stade antérieur de l'évolution libidinale`` (MOOR 1966). Ce qui attire la libido sur la voie de la régression, ce sont les fixations qu'elle avait laissées à ces stades de son développement. Or, la voie de la régression se sépare nettement de celle de la névrose (FREUD, Introd. psychanal., trad. par S. Jankélévitch, 1959 [1922], p. 386).
C. — Diminution dans l'intensité ou la quantité. Anton. augmentation. Régression de la natalité, de la population. En 1937, ce déficit [dans l'industrie de la conserverie] est réduit surtout par la baisse des importations et (...) par la régression des exportations (Industr. conserves, 1950, p. 31).
Loc. verb. Être en régression. Diminuer. La natalité n'est pas en régression égale dans toutes les parties de la Normandie (GIDE, Journal, 1916, p. 567). L'enseignement agricole par correspondance est en régression constante (Encyclop. éduc., 1960, p. 189).
PATHOL. Diminution des symptômes d'une maladie ou de l'étendue d'une lésion. Le traitement de cette curieuse maladie relève d'un médicament spécial désigné sous les trois lettres BAL. La prescription de cette drogue pendant quelques jours entraîne une régression marquée des symptômes (QUILLET Méd. 1965, p. 371).
Prononc. et Orth.:[], [--]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1374 « retour » (JEAN GOLEIN, Trad. du Rational du devin office, Richel. 437, f ° 213 r ° ds GDF.) — 1532 (BOUCHARD, Chron. de Bret., Ep., éd. 1532, ibid.); 1. 1765 rhét. (Encyclop. t. 14); 2. a) 1865 physiol. « atrophie considérée comme le retour à un état antérieur » (LITTRÉ-ROBIN; cf. aussi Ch. ROBIN, Anat. et Physiol. cellulaires, 1873, p. 594: Cette désignation a été introduite dans la science par Wetter et par Burdach, d'après cette hypothèse que ces modifications des éléments anatomiques seraient un retour en arrière de ces parties vers une des phases de leur évolution première); 1899 en gén. « retour à un stade plus primitif » (CLEMENCEAU, Vers réparation, p. 317); 1906 spéc. psychol. (J.-B. BUVAT, L'érotisme dans l'hystérie, in R. de psychiatrie, 10e année, p. 245 ds QUEM. DDL t. 29); b) 1893 « diminution (en importance) » (DURKHEIM, op. cit., p. 169). Empr. au lat. regressio « retour », également terme de rhét., dér. du rad. du supin de regredior « rétrograder, revenir ». Au sens 2 d'apr. progression. Fréq. abs. littér.:124. Bbg. QUEM. DDL t. 21, 29.

régression [ʀegʀesjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1374, « retour »; repris XVIIIe (sens I.), puis XIXe (sens II.); lat. regressio.
———
I (1765). Didact. Figure de style qui consiste à reprendre une phrase en mettant les mots ou les groupes de mots en ordre inverse.
———
II
1 (1877). Évolution vers un point de départ. Recul, regrès. || L'histoire est faite de progressions (cit. 2) et de régressions (→ Période, cit. 3). || Régression de la production. Récession.La mortalité infantile est en régression, en voie de régression.
1 La vérité est que la mémoire ne consiste pas du tout dans une régression du présent au passé, mais au contraire dans un progrès du passé au présent.
H. Bergson, Matière et Mémoire, p. 269.
2 Un art vit de ce qu'il apporte, et non de ce qu'il abandonne. L'idée de sa régression est claire par rapport à lui, non à l'art en soi : un style qui se décompose en idéogrammes est régressé, un art qui va vers un autre style (et ces deux mouvements sont souvent mêlés) ne l'est pas; il est clair que l'art roman n'est pas un art antique régressé.
Malraux, les Voix du silence, p. 130.
2 Spécialt. a Géol. || Régression marine : recul de la mer qui abandonne définitivement du terrain.
b Biol. Retour (d'un tissu, d'un organe) à une forme antérieure de son développement chez un même individu. || Régression de la queue du têtard jusqu'à sa disparition.Atrophie (de ce tissu, de cet organe) au cours des générations ou d'un processus physiologique normal. Involution; orthogénèse. || Organes rudimentaires provenant d'une régression (ex. : membres de certains reptiles, doigts du cheval).
3 À considérer l'anatomie des quatre doigts sacrifiés (du cheval actuel), il est difficile de dire que ce n'est pas une régression, mais elle est corrélative d'une progression de l'un des doigts, et il ne faut jamais perdre de vue que l'on ne saurait juger du progrès ou de la régression du seul point de vue anatomique, mais il est nécessaire de se placer à celui de la fonction (…)
Jules Carles, le Transformisme, p. 43.
c Psychol., psychan. et cour. Retour à un mode antérieur de comportement, de pensée, de satisfaction. || La régression est la forme la plus précoce de défense psychique (contre la frustration…). || Faire une régression; être en pleine régression.(1914, régression à l'enfance, in D. D. L.). Didact. (psychan.). Retour à un point du développement psychique, antérieur dans une succession temporelle, ou inférieur quant au niveau d'organisation, au point déjà atteint par le sujet. || Régression temporelle (régression objectale : retour à un ancien objet de satisfaction; libidinale : retour à un stade libidinal antérieur). aussi Fixation. || Régression topique : retour à des représentations proches de la perception, selon l'ordonnance des systèmes de l'appareil psychique. || Régression formelle : retour à une pensée de structure moins complexe, moins abstraite. || Régression orale : dans une cure analytique, Fait pour l'analysé de retrouver le langage de la pulsion orale.
4 Certains états psychopathologiques frappants incitent à entendre la régression sur un mode réaliste : le schizophrène, dit-on parfois, redeviendrait un nourrisson, le catatonique retournerait à l'état fœtal. Ce n'est évidemment pas dans le même sens qu'on peut dire de l'obsessionnel qu'il a régressé au stade anal. C'est dans un sens encore plus limitatif eu égard à l'ensemble du comportement qu'on peut parler de régression dans le transfert.
J. Laplanche et J.-B. Pontalis, Voc. de la psychanalyse, art. Régression.
d Math. Réduction des données d'un phénomène complexe en vue de le représenter par une loi simplificatrice. || Droite, courbe de régression : droite, courbe représentative d'une telle loi.
CONTR. Avance, développement, progrès, progression.
DÉR. Régresser, régressif.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Regression — regression …   Dictionary of sociology

  • regression — regression, regression analysis A term used originally to describe the fact that if, for example, parents and children s weights are measured, the children s weights tend to be closer to the average than are those of their parents: unusually… …   Dictionary of sociology

  • Regression — could refer to:* Regression (psychology), a defensive reaction to some unaccepted impulses * Past life regression, (psychology) a process claiming to retrieve memories of previous lives * Software regression, (software engineering) the appearance …   Wikipedia

  • Regression — Régression Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Regression — Saltar a navegación, búsqueda «Regression» Canción de Dream Theater Álbum Metropolis Pt. 2: Scenes from a Memory Publicación 1999 …   Wikipedia Español

  • Regression — Re*gres sion (r?*gr?sh ?n), n. [L. regressio: cf. F. r[ e]gression.] The act of passing back or returning; retrogression; retrogradation. Sir T. Browne. [1913 Webster] {Edge of regression} (of a surface) (Geom.), the line along which a surface… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • regression — [ri gresh′ən] n. [L regressio] 1. a regressing, or going back; return; movement backward 2. RETROGRESSION 3. Astron. the slow westward shifting of the nodes of an orbit, caused by a perturbation: the complete cycle of the regression of the nodes… …   English World dictionary

  • regression — index decline, lapse (expiration), recidivism, recrudescence, relapse, reversion (act of returning) Burton s Legal Thesaurus …   Law dictionary

  • regression — 1510s, from L. regressionem, noun of action from regredi (see REGRESS (Cf. regress) (n.)) …   Etymology dictionary

  • regression — ► NOUN 1) the action of regressing to a former state. 2) the action or an act of regressing to an earlier stage of life or a supposed previous life …   English terms dictionary